observations

n\\\\\\\'hésitez-pas à les enrichir

la bonté absolue

Selon Rousseau, « en toute espèce de projet, il y’a deux choses à considérer. Premièrement, la bonté absolue du projet ; en second lieu, la facilité de l’exécution. » Qu’entend-il par « bonté absolue » ? : « qu’il soit admissible et praticable en lui-même, que ce qu’il a de bon soit dans la nature de la chose, par exemple, que l’éducation proposée soit convenable à l’homme et bien adaptée au coeur humain ». Merci Jean-Jacques. Ça change de la matrice faisabilité – impact.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • oser parler de bonté, et pourquoi pas
  • la mettre en premier, avant la facilité d’exécution
  • pouvoir placer Rousseau dans un monde d’acronymes et de mots creux et bullshits, comme ça, tranquillou. « Salut, avant de passer au prétotypage du POC, puisqu’on enchaine avec le pitch du MVP devant le COMOP, on pourrait taper une matrice de Rousseau avant la retro, non, t’en dis quoi ma gueule ? »

Ce que nous pourrions imaginer :

  • intégrer d’autres critères étonnants, comme la justesse, la beauté, la puissance évocatrice, la fantaisie
  • S’inventer d’autres citations (celle-ci est véridique), pour faire comme si nos modèles de pensée hyper modernes étaient ancrés dans notre culture. On pourrait imaginer des citations de Godard préfigurant la lean start-up, de Mussolini sur l’empathie, de Catherine de Medicis sur la discipline positive et de Sitting Bull sur le business model canva.

 

Share this entry
1 Comments
  1. Martin

    A quand le déploiement opérationnel dans tous les projets de cette matrice révolutionaire faisabilité – bonté !!!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter