observations

n\\\\\\\'hésitez-pas à les enrichir

j-365

Lise Démoulin et Hippolyte Bachelet se sont demandé ce qu’ils pouvaient remettre en question dans leurs habitudes de design de sessions. Parmi un certain nombre idées, leur vint celle de changer la façon de compter le temps. Mettre un timer au groupe, oui, mais un timer qui donne le temps jusqu’à la fin de la journée de travail.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • se maintenir sous tension avec un chrono commun, quand même
  • visualiser le temps qu’il reste, comme pour permettre aux uns et aux autres de doser leurs efforts
  • le fait de partager une sorte d’horloge – totem au milieu de la pièce, comme pour unifier le groupe autour de l’effort qui reste à accomplir
  • se donner la mesure de la journée, comme pour marquer une ambition, plutôt que de cheminer par petit bout, activité après activité. Il y’a peut-être quelque chose de plus responsabilisant

Ce que nous pourrions imaginer :

  • mettre le temps restant avant une échéance clé pour le projet
  • mettre le temps passé sur le projet multiplié par le nombre de participant pour s’apercevoir de l’importance de l’investissement consenti en une journée de travail
  • mettre le temps passé sur le projet multiplié par le nombre de contributeurs, jusqu’à présent, pour matérialiser l’investissement consenti depuis le lancement
  • suivre les efforts d’un groupe sur une journée à l’aide de visualisation, qui permettrait de suivre les moments où le projet a reçu moins d’énergie (lorsque certains participants partent par exemple)
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter