observations

n\\\\\\\'hésitez-pas à les enrichir

hungry ?

Nous apprenons que pour pousser ses enfants à voler, les aigles les privent de nourriture jusqu’à ce qu’ils n’aient d’autre choix que de faire le grand saut.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • le fait qu’elle soit relayée dans un livre pour enfant qu’on leur lit volontiers avant la nuit. J’aimerais bien voir les rêves qu’ils font après.
  • le côté radical de l’affaire
  • le fait de commencer par le geste le plus impressionnant, du moins du point de vue d’un primate qui ne sait pas voler.
  • le fait que pendant un temps, alors que tout le monde est encore à la maison, il n’y a plus besoin de chasser pour 8 et d’imaginer les deux parents dîner à leur faim sous les hurlements des 6 enfants sidérés.
  • la tension dramatique : plus les enfants attendent pour prendre leur envol, plus ils seront faibles. Y’a t’il des pertes ?

Ce que nous pourrions imaginer :

poser de nouvelles questions sympas comme :

  • que vous faudrait-il ressentir de radical pour vous remettre à apprendre / franchir ce pas / dépasser cette peur ?
  • de quoi devriez-vous vous priver pour que vos collaborateurs se développent ?
  • de quoi devraient ils se priver pour pouvoir se développer ?
  • qu’est-ce qui est contre nature et pourrait s’avérer profondément sain au final ?
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter