observations

n\\\\\\\'hésitez-pas à les enrichir

pas d’ego

Deux amis co-scénaristes me racontent qu’ils ont un accord entre eux : lorsque l’un d’entre eux a une idée, il doit la défendre à l’autre ardemment, et si l’autre lui dit qu’il ne le sent pas, il doit lâcher son idée et avancer.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • la dissolution de l’égo : n’avoir comme seul objet le travail en commun et non la reconnaissance.
  • la confiance dans le jugement de l’autre : entendre « je le sens pas » comme une vraie info et pas comme « j’aime pas ce que tu fais ».
  • le fait que ce soit explicite : avoir pris le temps et le soin de se parler de comment on se parle
  • le fait d’avoir le devoir de tout donner la première fois, le côté radical du premier round.
  • la simplicité du procédé.
  • développer le réflexe d’abandonner ses idées.

Ce que nous pourrions imaginer :

  • se faire des listes d’idées jetées, et s’en réjouir
  • s’inventer des codes pour chaque relation de travail, avec des phrases type.
  • clarifier ce qu’on veut dire derrière ces phrases type. « Lorsque je dis « je le sens pas », ça veut dire « j’ai pas envie de bosser dessus ». Lorsque je dis « ça marche pas », ça veut dire « il reste du boulot pour que qu’on comprenne du premier coup » (par exemple). Lorsque je dis « t’es vraiment insupportable » ça veut dire « j’ai besoin d’une pause ». Quand je te dis « ta coupe de cheveux est naze » ça veut dire « ta coupe de cheveux est naze ».
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter