observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

ferme les yeux et parle

Une participante d’un séminaire m’a parlé d’un procédé étonnant pour aider les gens à prendre conscience de leur puissance lors d’une prise de parole.

Le principe est de partager quelque chose de personnel (sans que ce soit un grand déballage), de venir devant le groupe puis de faire son allocution les yeux fermés. La vertu, me dit celle qui l’a vécu, est d’être en contact avec sa voix et de sentir le groupe sans le voir. Cela fait penser à cette scène du discours d’un roi dans laquelle on invite le fameux bègue à clamer un discours sans s’entendre, ou aux messes dites derrière un jubbé (rideau qui sépare les prêtres des paroissiens, si j’ai bien compris).

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • La focalisation sur un sens
  • Le fait de libérer les sens, une fois privé de la vue
  • Le côté un peu dingue du procédé, voir quasi mystique
  • L’idée de sentir un groupe silencieux et invisible.

Ce que nous pourrions imaginer :

  • Dire un discours en se privant de la moitié droite (ou gauche) de ses sens. Ça ne sert probablement à rien mais bon, si on peut plus rigoler.
  • Dire un discours devant un mur réflecteur grâce auquel on baignerait dans le son de notre voix
  • Dire un discours en chuchotant, puis en hurlant, pour trouver le niveau qui convient, une fois conscient du terrain de jeu
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter