observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

no excuses

Merci François Rochet pour nous avoir donné ce super ice breaker, qui vient apparemment d’un ted. Le principe consiste à demander à tout le monde de dessiner son voisin de droite, puis à remarquer que la plupart des mots échangés suite à cet exercice sont « excuse moi », « désolé ».. Le débrief consiste alors à dire que pendant les activités qui suivent il serait mieux d’arrêter de s’excuser et, à l’inverse, de se faire un peu confiance.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • faire un feedback sur l’ensemble d’un groupe d’un coup
  • se servir d’un premier exercice pour tester et révéler autre chose que ce que semble mettre en valeur l’activité (l’attention portée à l’autre ? la projection que l’on fait sur inconnu, l’intimité que cela crée)
  • le côté ainsi « 2 en 1 »
  • le fait de permettre à un groupe entier de se faire confiance et de se donner des autorisations en une activité aussi courte. C’est extraordinairement rentable.

Ce que nous pourrions imaginer :

  • imaginer une activité qui génère plutôt des « whooo » et des « ouaiiis » et encourager le groupe à ressentir cela à nouveau. Demander à chacun de raconter quelque chose qui lui a fait tomber la machoire ?
  • synchroniser les réactions d’un groupe en chronométrant strictement une activité en binôme (l’un parlant l’autre étant silencieux), puis par un signal collectif, déclencher la réaction du binôme qui n’aurait droit qu’à un mot ou à un son. Trouver le moyen de synchroniser ce son, voire de l’enregistrer.

 

 

Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter