observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

Home / INSPIRATION / management / le close out

le close out

Selon Frédéric Daubié, directeur du business lab d’air liquide, il est essentiel de fixer le « close out criterium » ou critère de sortie lorsqu’on s’engage dans un projet. Si je comprends bien, la question est de savoir comment nous saurons qu’il faut stopper un projet avant de s’y lancer.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • Anticiper l’effet de gel et s’organiser collectivement pour ne pas en être victime (le truc qui fait que les investisseurs continuent de verser du cash dans une start-up visiblement sans avenir juste pour ne pas se dédire)
  • Renforcer la valeur de l’engagement en explicitant les modalités de sortie. Si on est conscient de ce qui nous poussera à sortir du jeu, cela veut dire qu’on est probablement plus conscient de ce qui nous y maintient
  • Créer de la distance avec le projet en le considérant dès le départ comme un objet d’investissement éphémère.

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • Envisager deux niveaux : le critère collectif ou organisationnel d’un côté, et le critère individuel de l’autre.
  • Retourner le critère en personnifiant le projet : à quel moment c’est lui qui n’a plus besoin de certaines personnes
  • Renforcer les critères d’engagement en les échelonnant dans le temps (close in ?) : quels seront les critères qui feront que nous resteront engagés dans 1 an / critères qui feront que le projet sera encore légitime ou valable dans un an.
Share this entry
1 Comments
  1. Hugues Le Gendre

    Une autre bonne manière d’implémenter ça est de refondre ses systèmes “d’investissement” dans les projets en évitant les enveloppes multi-annuelles et en ayant plutôt une logique d’investissement interne (VC) : qu’est-ce que tu peux faire en 3 mois avec X€ ? Comment mesurera-t-on qu’on a avancé dans la bonne direction ? Ok, je te les donne et on se reparle dans 3 mois et je te finance la suite.

    Ca nécessite en revanche d’être très réactifs pour éviter les pauses dans les projets si les circuits de financement sont trop longs… Mais c’est un bon moyen d’éviter la “sunk cost fallacy”.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter