observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

grammage et cie

Il paraît qu’isabelle choisit la qualité du papier qu’elle donne aux participants selon le degré d’aboutissement qu’elle attend d’eux. Du papier kraft pour des esquisses et du beau canson épais pour de belles planches.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • La générosité et la justesse dans le détail. Penser jusque là, pour ajuster les conditions de l’expérience des participants, relève de la haute couture.
  • Le principe. C’est vrai qu’on écrit pas pareil selon le support (voir aussi écrire en grand pour penser grand)
  • L’économie du don. Plus on donne aux participants plus ils donnent à la session, donc à eux même si on fait bien notre boulot.

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • Proposer de nouveaux supports à Isabelle : la plaque de cuivre, le PQ, l’ardoise, la led pour écrire dans l’air, le sable, une vitre à rayer avec une clé, une banderolle tirée par un avion, un sticker, un tatouage, un arbre dans lequel graver des initiales, un papier chance qu’on trouve dans les mini parasols en papier des restaus chinois, des enseignes, des étiquettes pour indiquer le lavage de vêtements.
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter