observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

le cerf volant

Nous apprenons, grâce à la série La casa de Papel, que lorsqu’on est interrogé par la police il faut jouer au cerf volant : libérer de la corde avec la main gauche en disant quelques vérités, puis lorsque le vent prend dans le cerf volant, le saisir en redressant la corde par la main droite, en disant cette fois-ci des choses fausses, voire déroutantes pour la policier.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • l’image du « vent qui prend » marche assez fort pour évoquer l’interlocuteur dont l’intérêt est saisi et se voit sur son visage
  • le jeu du fuis-moi je te suis
  • le fait de penser à un sport alors que sa vie est jeu

Ce que nous pourrions imaginer :

  • trouver d’autres images sportives pour imaginer d’autres techniques de questionnement. On connaît la technique du ping pong, que donnerait la technique du volley ball, du base ball, du ski de bosse, du jokari, du lancer de marteau, de la course de relai, de la brasse coulée, du curling, du squash, de l’halterophilie, de la course d’endurance, de la gymnastique (agrés).
  • utiliser cette même double technique mais avec d’autres registres que « vérité – déroute », comme par exemple « pushy – pully », ou encore « factuel – émotionnel »
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter