observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

avant après

Il y’a quelques jours je me suis emmêlé les pinceaux lorsque je questionnais le groupe sur l’atelier qu’il venait de vivre. Mon intention n’était pas claire et je compris assez vite qu’ils attendaient toujours la fin de ma consigne alors qu’il me semblait avoir terminé ma phrase proprement. Ce qu’ils comprirent fut qu’il fallait remplir une page de paper board avec une colonne avant et une colonne après. Je leur donnais le feu vert pour jouer comme ça et le résultat me plut beaucoup.

Parmi les réponses il y eu :

  • Triste — joyeux
  • Trouver les failles d’une personne — trouver les failles d’un groupe
  • Incertitude ne mène pas à la peur (formulé à l’aide d’une flèche barrée)
  • Pirate — pareil
  • Un nouveau truc de consultant — pousse les frontières
  • Chaos — créativité

Bref, le pied.

Ce que j’aime dans cette pratique :

  • Le flou. « Avant -après » laisse de la place à l’interprétation.
  • Le fait que certains aient construit des réponses en jouant sur le contraste (1 différent de 2), d’autres en jouant sur l’induction (1 devient 2), d’autres sur l’égalité (1 = 2)
  • Le fait que certaines réponses sont encore mystérieuses (habitude — ennui), c’est comme un pied de nez au facilitateur, qui repart avec une énigme.
  • Le fait que les réponses me paraissent vraiment étonnantes, et ce n’est pas toujours le cas.

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • Explorer d’autres liens logiques comme « > », « <« , « ? — ! », « 1*2 »..
  • Poser des questions faussement décalées en clôture comme « qu’avez-vous trouvé dans cet atelier qui ne serv e à rien mais que vous avez quand même envie de creuser ? » « Décrivez le problème spécifique que vous recommanderiez d’avoir pour profiter au maximum de cet atelier »
  • Poser de  s  questions floues en haut de pages de paper :Pourquoi ?Ah non !Bullshit
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter