observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

je ne me relis pas

Lors d’une discussion avec antoine Brachet, nous réalisons qu’il a peut-être au devant d’une difficulté dans le travail de préparation d’un ouvrage, c’est qu’il regarde tant en avant (« future is my country » est un de ses étendards) qu’il hésite à se relire. Nous vient alors l’idée saugrenue d’un personnage qui ne se relirait jamais, par principe.
Cela fait penser au cameraman de lisbon story (si ma mémoire est bonne), qui se promène avec une caméra sur le dos qui filme des choses qu’il ne voit pas et surtout, qu’il ne peut pas influencer.

Ce qui me plait dans cette idée :

  • Écrire en sachant qu’on ne se relira pas créé une certaine tension et relève alors de la  performance.
  • Afficher cela comme principe est amusant, comme si revenir sur une pensée qui n’est plus inédite était une perte de temps
  • C’est presque brutal, comme si on chassait les vieilles idées paria loin de notre présent
  • C’est l’éloge de la vitesse.
  • C’est vivre avec l’imperfection et cela me fait penser à une séance de devoir lors de laquelle j’ordonnais à un de nos enfants de faire une erreur délibérée et de me surprendre avec cette erreur plutôt que de chercher à les éviter et d’en avoir peur.
  • Enfin, cela fait penser au jeu Picasso dans le sac, dans lequel on ne voit pas ce qu’on dessine.

Ce que nous pourrions imaginer :

  • Une modalité de travail pour des sous-groupes en session, par laquelle nous ferions écrire sur un rouleau de façon à cacher ce qu’on écrit à mesure que l’on écrit
  • Une modalité selon laquelle c’est un autre qui écrit pour vous et vous ne voyez pas le résultat
  • Se donner comme contrainte pour une session qu’il n’y aura pas de livrable. La session doit être performante mais « sans les mains » ou « sans trace ». Ce doit être de l’expérience pure.
Share this entry
1 Comments
  1. J’adore les trois « imaginations » et en particulier la derniere
    « Se donner comme contrainte pour une session qu’il n’y aura pas de livrable. La session doit être performante mais « sans les mains » ou « sans trace ». Ce doit être de l’expérience pure. »
    Quel cadeau ! Rien que d’y penser … makes me giddy!!
    Un vrai luxe.
    Et surement un vrai bonheur.
    Finalement … comme un diner entre amis ??

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter