observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

écart de croyance

Pour confronter les idées reçues de chacun sur ce qui mobilise un « travailleur », soumettez au groupe une liste de facteurs de motivation (travail en lui-même, rémunération, ouverture de la communication ..etc), puis une fois que vous leur avez donné les réponses, demandez leur de calculer l’écart entre leurs réponses et les « bonnes » réponses. Selon une étude qui date un peu, la « communication ouverte » serait le premier critère, donc le N.1. Si vous l’avez mis en 5ème position, alors vous notez un écart de 4. Additionnez tous les écarts et vous avez factualisé un écart collectif de perception.

La seconde partie de l’exercice consiste à se demander ce qui se passerait si nous avions un moindre écart, voire zéro écart au sein d’une organisation, sur une croyance aussi fondamentale que celle en ce qui motive l’individu au travail.

Ce que j’aime bien dans cette pratique :

  • mettre une donnée numérique sur un écart de croyance individuel comme collectif
  • le fait de mesurer l’écart et non la supériorité ou infériorité
  • le fait de se demander ce qui se passerait si tout le monde croyait la même chose. C’est un peu inquiétant mais c’est fascinant.

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • poser la question au groupe de ce qu’apporte le fait que les croyances divergent
  • utiliser le même procédé mais dans un autre cadre, comme les compétences managériales, ou les attentes croisées, ou la réèlle proposition de valeur du produit/service d’une organisation

 

 

 

Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter