observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

One selling

Nous apprenons qu’il est recommandé de ne jamais vendre deux choses à la fois. Merci Paul pour cet éclairage, qui s’appelle « one selling ».

Ce que j’aime bien :

  • Le fait de formuler cette exigence permet de se demander quelle est la véritable proposition de valeur que nous proposons de délivrer, voire que nous délivrons déjà.
  • Je me dis que le cerveau humain n’est pas toujours fiable et que si on rajoute le stress crée par la dépense, mieux vaut que nos clients sache répondre à cette question sans sourciller, ce qui nous invite à beaucoup de clarté à cet égard.

Ce que nous pourrions imaginer :

  • Avec un client allié, auprès de qui nous pressons régulièrement, lui demander, comme dans l’exercice du pitch invisible, ce que selon lui on lui vend vraiment, en une seule proposition de valeur.
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter