observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

à quoi tu dis oui ?

À quoi tu dis oui quand tu dis non ?

certains connaissent déjà ce truc bien utile lorsqu’on s’apprête à dire non à quelqu’un.
L’idée est de clarifier ce que je gagne à ne pas faire quelque chose. Si on prend un exemple personnel, refuser d’aller dîner avec des amis permet de passer une soirée au calme dans la solitude. Ils seront plus enclin à comprendre votre décision et vous-même serez plus en phase avec votre décision si vous savez formuler ce que vous gagnez au passage.

Une nouvelle idée nous est venue avec un ami, également rompu à cet exercice.
Savoir à quoi on dit non quand on dit non. Ça a l’air complètement stupide, mais je ne suis pas sûr que nous soyons toujours clair sur ce point.

Reprenons l’exemple du dîner.
Je dis oui à une soirée de calme et de solitude paisible
Je dis non à une soirée de discussion lors de laquelle je ne parviendrai probablement pas à avoir une seule discussion un peu poussée car c’est l’excitation générale et anecdotique qui prime et ce soir ça me gonfle.

bien-sûr c’est un peu délicat à dire.

Ce que j’aime bien dans ces pratiques :

  • la formule est un peu idiote et donc on la retient bien
  • ça permet de dépersonnaliser la question : « à quoi tu dis non » permet de ne pas dire «  à qui tu dis non »
    dans la seconde (à quoi je dis non), cela permet pour une fois de clarifier ce qui me repousse, me révolte, me frustre. Ça change des partis-pris « classiques » en développement personnel.
  • J’aime beaucoup l’idée d’être très spécifique et précis quant à ce qui me révolte.

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • à quoi tu ne dis pas non quand tu dis non (je ne dis pas non au fait de se voir une autre fois)
  • à quoi tu dis définitivement non quand tu dis non
  • à quoi tu dis ni oui ni non quand tu dis non
  • à quoi tu dis ouais quand tu dis non
  • et aussi, « à quoi tu dis non quand tu dis oui » : lorsque j’accepte quelque chose, préciser ce à quoi je renonce, ou pourquoi pas lorsque j’accepte quelque chose, formuler quel effet indésirable cette décision me permet de neutraliser. cela pourrait donner : « je serai très heureux de vous rejoindre ce soir, cela me permettra de ne pas mourrir d’ennui ce soir ».. pas très sympa.
Share this entry
1 Comments
  1. Merci pour ce partage super puissant !
    J’ajouterais volontiers le « A quoi tu dis oui dans l’immédiat et pas à long terme », un « A quoi tu dis non, nay, never…no more » (pour plus de détails sur celle là, voir https://www.youtube.com/watch?v=Pt6zxMK6JFI), un « A quoi je dis oui maintenant, mais que j’aurai le droit de formuler en non après 3 jours de réflexion », un « A quoi je peux bien dire non aujourd’hui ? » (juste parce que c’est agréable), un « A quoi je pourrais apprendre à dire peut-être ou pourquoi pas? »

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter