observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

Home / INSPIRATION / psychologie / le monologue

le monologue

Aujourd’hui une femme a passé 15 min à circuler de wagon en wagon (ligne 1) à s’adresser aux passagers en suivant le fil de ses pensées politico – spirituelles, tout haut, dans le vacarme. Je n’ai pu en saisir que quelques rares mots. Et pourtant elle semblait parfaitement à l’aise et endurante. Ce qui m’amène à la question suivante : pourquoi parle t’on ?

Nous en avions déjà parlé dans cet article sur le monologue collectif et le coefficient d’égocentrisme.

Ici, les passagers servent visiblement d’excitant.

Ce que j’aime bien dans cette pratique :

  • Comme il y’a énormément de bruit, on ne comprend rien. Cela a t’il un impact sur son aisance ? Serait-ce plus facile de parler quand on est pas compréhensible ? Comme le roi qui vainc son bégaiement en s’empêchant de s’entendre.
  • La parole est-elle plus libre lorsqu’elle est décorellée du recepteur.
  • Ce qui  est amusant c’est qu’il y’a un récepteur ou plutôt un amplificateur, mais pas de réception.

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • Inventer un exercice de prise de parole devant une foule mais en détériorant le son. Nous pourrions bloquer l’émission avec un coussin (bof) ou du papier, ou faire du bruit pour empêcher aux gens de comprendre, tout en enregistrant à la source pour voir si il y’a quelque chose de sensé derrière cette expression décousue
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter