observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

Home / CONSIGNES POUR LES PARTICIPANTS / créer des prises de conscience / collaborer sans vision, c’est dur

collaborer sans vision, c’est dur

Faire deux groupes et leur distribuer à chacun un puzzle sans rebord blanc.

À l’un, donner l’image finale mais leur interdire de se parler
À l’autre, les autoriser à se parler, mais ne donnez pas l’image finale.

Donnez leur 10 min et debriefez.

Il semble que tous se soient amusés, mais que les productions soient inégales. On s’en doute un peu, celle de ceux qui ont l’image finale est beaucoup plus aboutie.

Portez le debrief sur ce que change le fait d’avoir la vision globale.
À quel point donner la vision et la maintenir présente aux yeux de tous c’est
donner du pouvoir et de l’autonomie à chacun
Rendre possible la collaboration et la confiance entre les membres d’une équipe
Se passer d’instructions intermédiaires

Ce qu’on pourrait imaginer :

  • Mettre encore d’autres équipes :
  • Une sans parole et sans image
  • Une avec tout

Rajouter des rôles :

  • Le Facilitateur
  • L’auteur de la photo
  • Un joueur déviant qui a une façon de faire les puzzles un peu bizarre
  • Donner un quart (complet) du puzzle à quatre groupes, avec des contraintes différentes
Share this entry
1 Comments
  1. J’aime beaucoup.
    La proximité entre l’intention pédagogique et l’exercice. Comme un éclair tellement possible : « bon sang, mais c’est bien-sûr »
    Aussi, la preuve que sans se parler (comme être loin les uns des autres dans la vraie vie) n’est pas un problème d’efficience si on a une vision globale partagée.
    Aussi, le ressenti. On a parlé parlé parlé, c’était presque fatiguant et stressant, et on n’a pas bien réussi. Ils n’ont rien dit, ça avait l’air hyper cool, et ils ont mieux réussi.
    Enfin, le bien classique « une image vaut mille mots »

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter