observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

Home / CONSIGNES POUR LES PARTICIPANTS / développer l'auto-analyse / la capacité nait de l’intéraction

la capacité nait de l’intéraction

Gregory le Roy me dit qu’une capacité est avant tout le fruit d’une interaction.
C’est dire, par exemple, que d’une rencontre telle que celle de Nicolas et de Didier, va émerger une puissance singulière en action, percutante dans certaines situations. Ce que je comprends aussi en disant que tant que notre propre puissance n’a pas rencontré celle d’un autre ou un terrain d’expression important pour un autre, elle n’est que virtuelle.  Si je comprends bien, un programmateur en BTP délivre de la « capacité » au moment son plan passe dans d’autres mains que les siennes. La capacité est dans l’interaction, c’est dire aussi que le terrain, le besoin, les attentes de l’autre nous donne des capacités.

Ce que j’aime bien dans cette idée floue (que je ne suis pas sûr d’avoir comprise) :

  • Que chaque interaction est une fête surprise où votre propre capacité trouvera une forme inédite
  • Qu’il n’y a que la mise en œuvre pour se révéler
  • Que l’action, c’est Noël.

Ce que nous pourrions imaginer en nous inspirant de cette idée floue :

  • En session, demander aux participants de formuler leurs « capacités » selon le binôme ou le groupe avec lequel ils sont en interaction. Par exemple, après chaque tour dans un world café, leur proposer de noter sur un carnet « quelle partie de vous s’est exprimé – comment qualifiez-vous le style de contribution que vous avez mobilisé à cette table ? »
  • Donner un nom au pouvoir singulier de tel ou tel binôme de contributeurs.
    Ensemble, Nico et Didier me font penser à une Moto de course. Séparément, c’est autre chose.

À « la puissance est dans la fragilité » nous pourrions ajouter … Et lors de l’interaction »

Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter