observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

One voice

Augustin me parle du module « one Voice », à ma question, qu’est-ce que c’est que ça ? Voici sa réponse limpide :

« Le module 1 voice permet d’identifier la majorité des questions qui seront posées aux participants concernant la démarche, et de partager une réponse collaborative, garantissant ainsi l’unité et la cohérence de la communication. Il prend place normalement en fin de session.
– demander aux participants quelles seront les questions qui leur seront posées demain matin (en arrivant au boulot, dans l’ascenseur, à la machine à café…) à propos de l’atelier, de la démarche, du workshop etc.
– noter chaque question sur un Post-it / 1 question par Post It
– Une fois que toutes les questions ont été posées (A quoi ça sert, qu’est ce que vous avez fait, qui était là, c’était sympa…), repartir l’assistance en groupes de 2 ou 3, et redonner les questions 1 par 1 à chacun des binômes / trinômes. Chaque question doit être répondue en 1 minute. Quand chaque binôme/trinome a répondu à sa question, on leur donne une nouvelle question de la pile de questions
– quand toutes les questions ont été répondues, chaque binôme/trinome lit la à voix haute la question qu’il a traitée et la réponse proposée, afin que toute l’assistance entende la réponse à donner à telle et telle question.
– Le sponsor se garde le droit de modifier / compléter la réponse si besoin.
Voila !
Idéalement, les questions et les réponses sont saisies en live (soit tapées, soit photographiées), pour pouvoir les imprimer et les donner aux participants avant qu’ils ne quittent le workshop, ou bien leur envoyer par email !  »

Ce que j’aime bien :

  • Le rythme, les post-it qui se déposent sur les tables au rythme du travail effectué.
  • Le fait de le saisir et de le livrer avant le départ.
  • Le fait de penser à la communication qui sera faite sur la session en interne et de ne pas le laisser au hasard.
  • Le fait de repartir les post-it de manière arbitraire, chaque binôme étant ainsi responsable de la parole du groupe.
  • Le fait que l’animateur ait le dernier mot.

Ce qu’on pourrait imaginer en s’inspirant de cette pratique :

  • Découper une problématique en questions rapides que l’on distribue ainsi à des groupes épars puis créer deux colonnes. Une pour « tout le monde est ok », une pour »tout le monde n’est pas ok », une pour « on a besoin d’instruire le dossier ». L’objectif est que le groupe puisse isoler rapidement et explicitement les sujets à arbitrer
Share this entry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter