observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

tomber, exprès

Aujourd’hui j’apprends qu’un professeur de l’Essec a fait sensation lors du premier jour de classe en incarnant un contre-exemple franchement limite, les yeux au sol, baragouinant, fuyant les regards, ne laissant qu’un petit filet de voix s’échapper, puis s’échappant, vraiment, pour aller prendre l’air, …..attendait 30 secondes….puis revenant tonique, droit, centré..enfin tout ce qu’il faut.

 

ce que j’aime dans cette pratique :

  • c’est amusant de faire le nul
  • c’est didactique de jouer le contre-exemple
  • c’est didactique d’incarner ce qu’on dit. Vive l’auto-référencement cher à Michel.
  • c’est troublant donc mémorable de créer ainsi une gène
  • c’est courageux d’affronter 40 personnes et d’être nul
  • c’est toujours bien les histoires qui finissent bien, quoi que Lars von trier puisse en dire.

Ce que nous pourrions imaginer en nous inspirant de cette pratique :

  • en négociation, faire l’idiot, pour voir ce que ça donne. Le coup de l »écran de fumée
  • lors de mises en situations en formation, proposer aux participants de faire ce qu’il ne faut pas
  • en direction d’acteur, montrer ce qu’il ne faut pas faire ? (c’est contre indiqué il paraît mais bon)
  • mieux, en direction d’acteur, proposer à l’acteur de faire, lui, ce qu’il ne veut pas voir
Share this entry
1 Comments
  1. ce qui me plaît dans cette pratique

    Être engagé dans la relation interpersonnelle.

    ce à quoi il faut faire attention selon moi

    Être vrai.

    ce que ça m’inspire dans mon métier

    Créer une émotion. Ouvrir une faille dans mon moi social. Inviter implicitement l’autre a être présent en tant que personne et non pas masque social…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter