observations

n\\\'hésitez-pas à les enrichir

To do list géographique

Alors que j’étais en train de jouer à Assassin’s Creed Unity, je me suis demandé ce que je pouvais bien trouver à ce jeu. Passé l’amusement de pouvoir se balader librement dans le Paris de 1792, j’ai pris conscience que ce qui me plaisait n’était pas la « quête principale » (assassiner des templiers corrompus ok super) mais la partie du jeu qui consiste à devoir récupérer des centaines de petits coffres et autres artefacts un peu partout dans la ville.
Une quête parfaitement inutile au déroulement de l’histoire, qui en soi ne pose aucun challenge particulier (il suffit d’aller les chercher, leur emplacement est indiqué sur une carte), et ne rapporte quasiment aucun avantage pour le jeu. Je me suis donc demandé pourquoi cette quête me passionnait à ce point, qu’est-ce qui me motivait à passer des heures sur ce jeu à effectuer cette tâche relativement pénible et répétitive. Et j’ai réalisé que c’est parce que je ressens un plaisir immense à nettoyer le plan: à chaque fois que je récupère un coffre, le petit symbole du coffre rouge disparaît de la carte. Et petit à petit, ma carte de Paris s’épure. C’est une sorte de to-do list sous forme de carte géographique. Du coup, dans mon travail, plutôt que de fonctionner par liste de choses à faire comme d’habitude, c’est à dire un fichier dans lequel je liste verticalement les tâches et je les efface quand elle sont faîtes, je teste la fonction « carte ». Je laisse mes dossiers à régler, images à travailler, vidéos à monter etc, un peu partout sur mon écran d’accueil d’ordinateur. Je visualise tout de suite quand ça s’accumule trop, et comme je ne m’autorise à ranger un document qui traîne que quand il est réglé, je suis motivé pour m’en occuper, parce que ça me permet d’épurer mon champ de vision. Bon évidemment, ça n’avance pas très vite avec tout le temps que je passe à ramasser des coffres virtuels, mais ça c’est un autre problème.

Share this entry
2 Comments
  1. talent social

    ce qui me plaît dans cette pratique

    le côté visuel, la to do étalée comme une pâte à tarte

    ce pour quoi ça marche selon moi

    Peut-être le fait de voir sa to do list fondre à vue d’oeil

    ce que ça m’inspire dans mon métier

    je ne sais pas encore mais ça me plaît, pourquoi pas une to do sur un des murs de notre bureau, composée de post-it..

    Reply
  2. BrieucD

    Commentaire libre :

    Ca me rappelle une interview de ce comédien de théâtre connu pour sa mémoire exceptionnelle (contrairement à la mienne qui ne me permet pas de vous donner son nom).
    Il expliquait son astuce, qui lui avait demandé néanmoins beaucoup de travail:
    Pour apprendre un texte, il se baladait dans son appartement en associant fréquemment un objet à ce qu’il était en train de lire. Après plusieurs kilomètres parcourus, il n’avait plus, sur scène, qu’à cheminer mentalement dans son appartement et visualiser les objets en question pour que le texte lui revienne naturellement.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter